Accueil du site > Science / Recherche > Vision robotique : utiliser les variations du champ magnétique terrestre (...)

Vision robotique : utiliser les variations du champ magnétique terrestre pour se repérer

vendredi 4 septembre 2009

Vision robotique : utiliser les variations du champ magnétique terrestre pour se repérerLes homards utilisent une technique bien particulière pour se repérer dans leur environnement. Il sont capables de détecter d’infimes variations dans le champ magnétique terrestre. Un chercheur a appliqué ce principe à son robot.

Encore un exemple de technique inspirée de la nature et appliquée à la robotique : En 2003 l’informaticien Janne Haverinen a lu dans Nature un article à propos de la capacité des homards à se repérer en utilisant les variations du champ magnétique terrestre. Une équipe de chercheurs avait alors déplacé des homards à 37km de leur point de départ, et ceux-ci s’étaient alors à chaque fois dirigés sans la moindre erreur vers leur tanière, alors qu’ils n’avaient aucun moyen de savoir où ils étaient.

Vision robotique : utiliser les variations du champ magnétique terrestre pour se repérerJanne Haverinen travaille au laboratoire de systèmes intelligents de l’Université de Oulu en Finlande. Il a eu alors l’idée de tenter de dessiner une carte magnétique de son bâtiment, afin de l’utiliser pour diriger un robot. En effet, les câblages électriques, armatures métalliques des bâtiments, etc provoquent de fortes perturbations locales du champ magnétique terrestre, il suffit de les mesurer.

Les chercheurs ont utilisé un magnetomètre pour scanner l’intensité du champ magnétique près du sol de leur labo, et dans un couloir de 180 mètres de long. La carte ainsi dessinée a été stockée dans la mémoire d’un petit robot, lui-même équipé d’un magnétomètre (sur une tige positionnée en face de lui, pour éviter que les moteurs du robot ne parasitent les mesures). Le robot n’a alors eu aucune difficulté pour déterminer où il était, et pour se déplacer sans le moindre équipement de vision "classique".

Janne explique que cela démontre qu’on peut utiliser cette technique pour permettre aux robots de déterminer leur position dans un bâtiment connu, évitant le besoin de recourir à des procédés bien plus complexes et coûteux, comme le GPS. Ou, cette technique pourrait être utilisée en complément de la vision, pour en augmenter la fiabilité.

Voir en ligne : Source (new scientist / anglais)

Plus d'infos sur les sujets :

Pas encore de commentaire | Ajoutez un commentaire Ajoutez un commentaire | Partagez : Facebook |

Partenaires :
[() ]
Plan du site | Suivre la vie du site S'abonner au flux RSS 2.0 | | Nous contacter
Copyright (c) 2009 Robospot. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.