Accueil du site > Science / Recherche > ROS : Bientôt un système d’exploitation commun pour les robots (...)

ROS : Bientôt un système d’exploitation commun pour les robots ?

mardi 11 août 2009

Baptisé ROS pour Robot Operating System, ce projet vise à développer une structure commune, qui permettrait de programmer n’importe quel robot avec des briques logicielles compatibles entre-elles.

NaoActuellement en robotique, chaque projet est conçu de manière autonome. Chaque robot a ses spécificités, son propre langage de programmation, ses propres interfaces de connexion, etc. Le domaine bénéficierait sans aucun doute beaucoup d’une standardisation, afin qu’un robot puisse par exemple communiquer facilement avec un autre d’un modèle différent. Ou pour pouvoir utiliser une fonction programmée pour un robot sur n’importe quel autre.

Le problème vient de plusieurs facteurs :
- la robotique est encore dans ses premières années, ainsi chaque robot est encore plus ou moins expérimental
- chaque robot a ses spécificités, et est développé dans un but précis, difficilement applicable à d’autres projets
- les entreprises qui conçoivent des robots sont parfois concurrentes, et réticentes à rendre leurs robots interopérables entre eux...

Mais cela pourrait bien être en train de changer. "Il est plus facile de tout construire à partir de zéro pour le moment, car chaque équipe a des besoins différents", a déclare Anne-Marie Bourcier, d’Aldebaran Robotics, société génitrice de Nao, le robot humanoïde français.

Chaque robot est unique. Le UBot par exemple peut maintenir son équilibre après un choc. Nao quand à lui, peut effectuer des chorégraphies (on le voit par exemple ici danser sur une chanson de Mickaël Jackson)-, mais par contre, ne possède pas de capacités de maintien de l’équilibre. Pour couronner le tout, la structure physique de chaque robot est souvent bien spécifique.

Une standardisation pourrait éviter de réinventer la roue à chaque fois. Lorsqu’une équipe a trouvé un algorithme de reconnaissance de formes efficace, il pourrait être utilisé dans n’importe quel robot, afin que l’équipe puisse concentrer son temps sur des choses qui n’ont pas encore été inventées.

Le projet Robot Operating System est déjà utilisé notamment par l’Université de Stanford, le MIT aux Etats-Unis ou l’Université Technique de Munich en Allemagne. Le système d’exploitation propose des commandes pour gérer la navigation du robot, commander ses bras, ses capteurs divers, etc, à un haut niveau sans avoir à connaitre précisément la structure du robot. De la même façon qu’un même programme peut fonctionner sur n’importe que PC, quelle que soit sa configuration matérielle, un programme sous ROS détecte le matériel présent sur le robot et s’adapte.

Il existe des alternatives, comme Microsoft Robotics Studio, de Microsoft, mais ROS a l’énorme avantage d’être open-source et gratuit, il faut donc espérer qu’il arrivera à s’imposer. On pourrait comparer l’état de la robotique à l’état de l’informatique personnelle dans les années 70-80, un temps où chaque micro-ordinateur avait une structure spéficique, un OS incompatible avec les autres, etc. Jusqu’à ce que le PC sorte, et que la micro-informatique explose jusqu’à rentrer dans tous les foyers.

Voir en ligne : Source (New Scientist / anglais)

Plus d'infos sur les sujets :

Pas encore de commentaire | Ajoutez un commentaire Ajoutez un commentaire | Partagez : Facebook |

Partenaires :
[() ]
Plan du site | Suivre la vie du site S'abonner au flux RSS 2.0 | | Nous contacter
Copyright (c) 2009 Robospot. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.